Jazz à Ouaga 2016: Show et minute de silence

mercredi, 04 mai 2016 12:15 Écrit par  Alassane KERE Publié dans Festival Lu 444 fois
Jazz à Ouaga 2016: Show et minute de silence Ahmed Ouoba

La 24e édition du festival Jazz à Ouaga a débuté, le vendredi 29 avril 2016, à l’Institut français de Ouagadougou. A l’affiche musique et minute de silence à la mémoire d’artistes-musiciens décédés notamment Papa Wemba et Ali Farka Touré.

La chaleur du jazz a commencé à envahir la capitale burkinabè depuis le vendredi 29 avril 2019. A l’Institut français de Ouagadougou, ce jour-là, la 24e édition du festival Jazz à Ouaga a ouvert ses portes. C’est Joby jazz band, lauréat 2015 de Jazz-performance, a donné la tonalité jazzy de cette grande fête musicale. Puis ce fut un grand voyage au pays du highlife, fusionné au jazz, au blues et au juju, avec un prince de ce rythme ghanéen, Amandzeba Nat Brew et The native orkestra. Bien avant l’entrée en scène des musiciens, la directrice de l’Institut français de Ouagadougou, Marine Leloup, a eu une pensée pour trois vedettes de la musique disparues : Prince, Billy Paul et Papa Wemba. Elle a en outre félicité les organisateurs du festival-notamment le duo Abdoulaye Diallo (président)/Amselme Sawadogo(trésorier) pour la qualité de la manifestation. Quant à M. Diallo, il a demandé une minute d’applaudissement aux spectateurs en hommage aux artistes décédés et surtout à Ali Farka Touré dont le 10e anniversaire de sa disparition a été célébré le mardi 3 mai 2016 avec le Collectif « Tribute to Ali Farka Touré ». Un regroupement musical composé des héritiers du triple Grammy Awards(la plus grande récompense musicale au monde). Il s’est également réjoui du succès de Jazz à Ouaga et du bonheur qu’il procure aux mélomanes du Burkina Faso. Une réussite, en 24 ans d’existence, du, selon le président Diallo, à l’appui de la presse, des partenaires techniques et financiers(PTF), des sponsors. Le lendemain, les spectateurs sont venus massivement découvrir la lauréate 2015 de Découvertes RFI, la Cap-verdienne, Elida Almeida. En première partie, le conteur burkinabè KPG et l’écrivain congolais, NYSYMB Lascony, sont passés, un bonus, sur le podium du grand Méliès pour agrémenter l’ouverture de la manifestation. Lascony, lui, a en déclamé, les mérites du président Thomas Sankara (...) Lire la suite sur outii.net

Dernière modification le lundi, 27 février 2017 16:18
Plus dans cette catégorie : « Festival Arc-en-ciel de Zoula

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.