Marché des Arts 2016: L’ANAPAP, promotrice des artistes-plasticiens à Bobo-Dioulasso

mercredi, 13 avril 2016 14:11 Écrit par  Outii.net Publié dans Arts & Mode Lu 309 fois
Issa Compaoré Issa Compaoré

Le marché des Arts de la 18e édition de la Semaine nationale de la culture(SNC) a été animé par plusieurs associations d’artistes. Parmi elles, l’Association nationale des artistes professionnels des Arts plastiques(ANAPAP) qui s’est, entre autres, distingué par des expositions, le parrainage de jeunes créateurs.

Pour favoriser des rencontres entre des artistes et des acheteurs d’œuvres d’art, la direction générale de la Semaine nationale de la culture (SNC) a créé le marché des Arts. Une belle initiative, de l’avis du président de l’Association nationale des artistes professionnels des Arts plastiques (ANAPAP), Souleymane Nikiema, même s’il faut beaucoup de moyens et de travail pour faire venir des acheteurs internationaux . Durant la 2e édition du marché, qui s’est tenu du 26 mars au 2 avril 2016 à la maison de la Culture Monseigneur Titianma Anselme Sanou, l’ANAPAP a multiplié les rencontres avec des artistes-plasticiens de Bobo-Dioulasso et des autres villes. L’objectif était de les encadrer, les parrainer afin qu’ils excellent dans leurs arts. L’association a même, selon M. Nikiema, sponsorisé deux jeunes plasticiens (un artiste de Ouagadougou et un autre de Bobo-Dioulasso) dont les travaux seront présentés à la 19e édition de la SNC. Pour lui, il était important pour l’ANAPAP de participer à la 18e de la biennale de la culture burkinabè pour mieux présenter ses hauts faits pour promouvoir les Arts plastiques au Burkina Faso. Créée en octobre 2000, l’ANAPAP est l’initiatrice de la politique de location et de location-vente d’œuvres d’art qui« vise à encourager les ménages, les banques, les ambassades, les hôtels, les agences, les ONG, les services administratifs, etc. ». « Ce qui permet à l’artiste d’avoir un salaire parce qu’il est payé mensuellement par le locataire », a expliqué Souleymane Nikiéma. La structure fait également partie de ceux, à croire son président, qui ont plaidé pour la mise en place par l’Etat burkinabè d’un fonds d’achat des œuvres artistiques. Et de rappeler que c’est le fruit d’une longue lutte débutée en 1984. Située au secteur n°4 de Ouagadougou(Paspanga), l’ANAPAP, forte de plus d’une centaine d’adhérents, s’est fixée certains objectifs :« Assurer une formation artistique adéquate à ses membres, améliorer et protéger la situation économique des artistes par la location, la location-vente d’œuvres d’art, aider à l’éveil et à l’éducation des populations à la chose artistique et stimuler les échanges entre artistes nationaux et internationaux ».

Source: Outii.net

Dernière modification le dimanche, 23 avril 2017 09:53

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.